• La Conversation,

Rencontre avec le Père Olivier Plainecassagne et le Père Adrien Comerre, nos prêtres référents

Publié le 4 juin 2021 Mis à jour le 7 juin 2021
Père Olivier Plainecassagne et Père Adrien Comerre
Père Olivier Plainecassagne et Père Adrien Comerre
Date(s)

le 7 juin 2021

Nous avons eu la joie de partager une Conversation avec nos deux prêtres référents, le Père Olivier Plainecassagne et le Père Adrien Comerre, arrivés dans l’établissement en septembre 2019.

Prêtre depuis 2003 dans les Yvelines, le père Olivier a reçu la charge de curé de la cathédrale Saint-Louis en 2019. Comme prêtre référent, il accompagne les enfants de l'école Sainte-Marie des Bourdonnais et les étudiants de notre établissement. Il enseigne également la théologie au séminaire de Versailles.
Le père Adrien, quant à lui, ordonné prêtre en 2019, a répondu à l'appel lancé par le père Olivier pour le seconder auprès de nos lycéens et des collégiens du Sacré Cœur. Cette répartition permettant d'assurer la continuité nécessaire entre collège et lycée, notamment dans le cadre de la préparation au sacrement de Confirmation.



Père Adrien, père Olivier, en quoi consiste la mission de prêtre référent dans un établissement catholique ?

O. Plainecassagne : Nous sommes nommés et recevons notre mission de l’évêque. En tant que prêtres référents, nous sommes le signe de la présence du Christ auprès de chacun et donc de sa proximité auprès des élèves comme des adultes. En tant que prêtre, nous devons annoncer l’Evangile et assurer une mission de dialogue et de communion les uns avec les autres lors de célébrations mais aussi de temps d’échanges et d’écoute informels. Le prêtre accompagnateur est attentif à chacun. C’est grâce aux échanges avec l’ensemble de la communauté qu’il prend en quelque sorte son pouls et peut remonter des choses si nécessaire.

A. Comerre : Nous nous devons d'être disponibles pour chacun, d'être à l'écoute de tous et surtout d'aller au-devant des personnes. Nous devons être capables de nous laisser déranger par une question ou une autre et d'aider chaque personne à avancer, de manière individuelle ou de manière collective. J’insiste sur le rôle de prêtre référent en école. Nous sommes là, certes, pour les élèves, mais aussi pour tous les adultes qui constituent la communauté.

O. Plainecassagne : Concrètement, nous célébrons les messes hebdomadaires ainsi que tous les temps forts liturgiques comme l’Avent, Noël, ou Pâques. Nous prenons du temps pour échanger avec l’ensemble de la communauté en dehors des célébrations. Nous participons aux retraites et pèlerinages des lycéens et des étudiants. Nous accompagnons des jeunes ou des adultes à la préparation au baptême. Et dès qu'on le peut, nous essayons de participer à la vie de l'établissement et à ses temps festifs.

Un prêtre référent a-t-il des objectifs bien définis à poursuivre au sein d'un établissement ? Travaille-t-il en équipe ?

O. Plainecassagne : Nos objectifs sont liés à notre mission de prêtre accompagnateur, nous nous devons d’être de bons pasteurs pour chacun. Nous travaillons en équipe avec le chef d'établissement Pierre Jacquemin, qui fixe les lignes, et l'équipe pastorale dirigée par Anne-Sophie Borrel, avec qui nous mettons en œuvre les projets. Nous nous réunissons plusieurs fois par an pour réfléchir et remettre en question de façon constructive les propositions que nous établissons à destination de l’ensemble de la communauté Grandchamp, jeunes comme adultes.

A. Comerre : La richesse de ce travail d'équipe permet de revoir nos propositions et de les renouveler quand cela s'avère nécessaire. Le fait d'avoir un lieu de rencontre tel que l'Atrium, nous permet d'aller au-devant des jeunes mais aussi des adultes. Ils peuvent nous partager leur ressenti, leurs attentes et se confier à nous plus facilement. Étant donné la taille de l'établissement et la diversité des publics, pouvoir compter sur deux prêtres référents à Notre-Dame du Grandchamp me semble intéressant. Cela nous permet de répondre au mieux à cette diversité de questionnements et d'attentes.


La force de Notre-Dame du Grandchamp, c'est d'accueillir des jeunes aux profils divers et variés, parfois éloignés de la foi ou issus d'une autre confession. Dans ce contexte, comment s'adresser à tous ? Utilisez-vous les réseaux sociaux ?

O. Plainecassagne : Pour toucher les jeunes et adultes issus d’autres confessions de foi ou athées, je suis très soucieux, comme prêtre, de permettre à chacun d’entrer au fond de lui-même, c’est à dire de découvrir cette part d’intériorité qui nous habite tous. J’ai cette conviction que la voix de Dieu parle à chaque personne. Et je pense que cette attention peut aider chaque personne à grandir, à s’épanouir. D’autre part, j’ai le souci d’aider celui qui s’interroge à prendre conscience de la présence d’une transcendance, qu’il y a « Quelqu’un de plus grand que nous ». En résumé, de faire une place à la question : « Et Dieu, pourquoi pas ? ».

A. Comerre : Je rejoins le père Oliver, c’est un vrai enjeu de laisser un espace de discussion, de réflexion, de question. C’est tout à fait évangélique. Jésus dans beaucoup de dialogues avec celles et ceux qu’il croise provoque cette question « Et pourquoi pas ? » et ensuite laisse chacun libre de le suivre ou non. Il ne les juge pas. A nous de créer l’espace, d’ouvrir la question, la réflexion.
Pour être tout à fait honnête, on est assez peu sur les réseaux voir pas du tout. Il y a la question de la maîtrise de l’outil mais aussi la question du temps et de la proximité. Nous donnons de l’importance au moment présent, au lien direct et réel aux personnes. C’était une grande question du premier confinement, produire des vidéos ou pas… ? Nous avons fait le choix du contact direct. Personnellement, la question des réseaux sociaux se pose, comment garder le lien avec les jeunes ? Et donc, combien de temps vais-je devoir y consacrer sans entacher le vrai contact qui est l’essence de notre mission. Vaste sujet….
L’un de nos souhaits, pour la prochaine rentrée, si le contexte nous le permet, serait de passer dans toutes les classes afin de nous rendre visibles de tous et présents pour tous. Pouvoir dire aux jeunes et aux adultes qu’ils n’ont pas besoin d’un certificat de baptême pour venir discuter avec nous et avec les prêtres en général. Nous sommes là pour tous et avec tous !


Avez-vous un message à faire passer ?

O. Plainecassagne : Tout d’abord, j’aimerais partager cette conviction que la foi en Dieu rend la vie grande et belle. Ensuite, redire que c’est un vrai bonheur d’être à Grandchamp avec vous, nous espérons être là pour un certain temps et pouvoir renforcer les liens avec l’ensemble de la communauté.

A. Comerre : Je vous invite à découvrir la joie vitale de l’existence de l’autre et de l’Autre. Garder la joie, garder le lien et la relation à l’autre, c’est essentiel, fondamental et c’est vital. L’autre n’est pas un danger, l’autre n’est pas un obstacle.


Pour conclure : que fait un prêtre accompagnateur pendant les vacances scolaires ?

O. Plainecassagne et A. Comerre : L’école ferme mais notre paroisse Saint-Louis poursuit ses activités. Nous conservons donc nos missions paroissiales avec les messes, les mariages, les baptêmes… Nous avons également la joie de visiter cet été entre 6 et 10 camps scouts sur toute la France. Malgré un emploi du temps bien chargé, nous profitons de l’été pour partir également en vacances au moins deux semaines avant d’attaquer la rentrée !
 
Propos recueillis par Sabine Labrouste et Karim Hadadi le 28 mai 2021