• La Conversation,

Anne-Sophie Borrel et Gaëtane de Villemeur : au cœur du projet des Ateliers de terminale

Publié le 10 mai 2021 Mis à jour le 10 mai 2021
Anne-Sophie Borrel et Gaetane de Villemeur
Anne-Sophie Borrel et Gaetane de Villemeur
Date(s)

le 10 mai 2021

Nous avons eu plaisir à partager un temps de Conversation avec Anne-Sophie Borrel, adjointe en Pastorale et Gaëtane de Villemeur, animatrice en pastorale au lycée et plus particulièrement auprès des terminales générales, professionnelles et technologiques. Arrivée en 2019, Gaëtane se voit confier la responsabilité de perpétuer et renouveler un projet ancré depuis plus de trente ans dans les traditions de notre établissement : les « Ateliers de terminale ».

Mesdames, pouvez-vous nous présenter ce projet ? 

AS. Borrel :  Le projet des Ateliers de terminale est véritablement ancré dans la vie de l’établissement parce qu’il est le fruit du projet éducatif dont voici les trois axes principaux : susciter des personnalités aux convictions affirmées ; œuvrer pour bien vivre ensemble ; grandir et construire dans la créativité. Ils sont aussi les fondements de notre réflexion, année après année.  
Il s’agit de donner la possibilité aux jeunes de terminale, en même temps que leur scolarité, de s’investir dans un projet qui les engage, et cela, sur environ 6 mois. Les projets pastoraux sont pensés comme des chemins progressifs. Nous avons fait le choix de “faire réfléchir les jeunes” sur le cycle seconde et première et de les « faire agir et s’engager » en terminale.  Pourquoi ? Parce qu’ils deviennent des adultes.  

G. de Villemeur : Concrètement, les Ateliers de terminale font partie intégrante de l’emploi du temps des jeunes. Nous voulons qu’ils puissent vivre une expérience de bénévolat, peut-être parfois, la première de leur vie. Nous espérons ainsi, qu’en s’impliquant, chaque jeune sera amené à se donner, à s’ouvrir au monde, aux autres, à des causes ou des missions nouvelles, à vivre la solidarité, à développer de nouveaux talents, à les mettre au service des autres. Et pour ceux qui sont concernés, à vivre leur mission de baptisé.   

AS. Borrel : Cet esprit des Ateliers, tout comme l’ensemble des projets que nous proposons au sein de l’équipe pastorale, prend sa source dans l’Evangile. Bien sûr, ce projet s’adresse à toutes les sensibilités, dans le respect des convictions et des envies de chacun.   

Et plus concrètement, notamment cette année ?  

G. de Villemeur : Les propositions que nous faisons aux élèves (359 cette année), s’enracinent dans cinq catégories de projet. L’ouverture au monde, l’engagement humanitaire, solidaire, l’engagement dans la vie du lycée et l’engagement chrétien. Tous les ateliers proposés répondent essentiellement aux besoins concrets d’une association, d’une institution, ou de notre établissement.  Il existe une trentaine d’ateliers différents, sur 35 lieux, encadrés systématiquement par une quarantaine de bénévoles, qui sont des adultes engagés dans chacune des causes, ou des salariés des structures d’accueil, ou parfois des professeurs, des salariés ou des jeunes de notre établissement qui se mettent au service des autres.  
Evidemment, je ne cache pas nos difficultés à faire vivre un tel dispositif en période de crise sanitaire. Le plus important pour nous a été de maintenir les Ateliers pour garder le lien au sein des équipes et faire en sorte que les projets se réalisent. Animateurs et jeunes sont restés motivés et ont su s’adapter. 

 Quels partenariats avez-vous noué et quel rôle jouez-vous Gaëtane ? 

G. de Villemeur : Concernant les partenariats, nous travaillons avec des structures au niveau local, national voire international. Les jeunes peuvent s’investir dans des projets qui touchent aussi bien l’environnement, la solidarité envers les plus fragiles (personnes âgées, malades, personnes en situation de handicap, migrants, enfants, personnes de la rue), l’humanitaire, l’éducatif et l’enseignement, la spiritualité et enfin, des missions au service de l’intérêt général. Nos partenaires sont, soit des associations, soit des institutions, des maisons de retraites, des écoles, des centres de loisirs, des foyers d’accueil, des groupes de prière, des centres spirituels ou des abbayes et même notre établissement ou la mairie de Versailles...  
Côté organisation, il s’agit donc de coordonner l’ensemble des activités, de créer une relation particulière avec chaque animateur pour que les projets aboutissent. Je veille aussi à ce que les jeunes soient fidèles à leur engagement. Cela demande de la rigueur et un suivi constant.  

Que retirent les jeunes de ce projet ? 

G. de Villemeur : Les bénéfices pour les jeunes sont très nombreux et variés. D’abord ils ressortent de cette expérience, grandis, plus matures et enrichis. Ils apprennent à travailler en équipe, souvent avec des jeunes qu’ils ne connaissent pas en début de projet et issus d’une filière autre que la leur. Ils acquièrent de l’expérience et des compétences (gestion de projet, communication, logistique, organisation d’événement, rigueur, autonomie, esprit d’initiative, créativité, mais aussi savoir-être, écoute et empathie...). Ils vivent aussi pour certains, une expérience de foi et pour d’autres, les Ateliers leur permettent de découvrir la foi chrétienne. C’est l’occasion pour eux de faire le point sur leur foi, de la faire grandir en la transmettant aux plus jeunes et en se formant.  

AS. Borrel : Scolairement, les Ateliers apportent aussi beaucoup. D’abord, parce qu’ils peuvent aider les jeunes à préparer leurs études supérieures, certains concours ou épreuves... Ensuite, parce que nous demandons à tous les animateurs d’atelier de formaliser un avis pour le livret scolaire afin de souligner l’engagement de ceux qui se sont particulièrement investis pendant l’année. Pour les responsables pédagogiques ou les professeurs principaux, ces avis sont précieux et permettent parfois d’apporter un autre regard sur le jeune.  

Quelle est votre plus grande fierté ? 

G. de Villemeur : Chaque fin d’année, je suis émerveillée des retours positifs vécus en atelier. Les jeunes sont généreux et plein de ressources déployant leurs talents, au service des autres et du bien commun. Je me réjouis que Notre-Dame du Grandchamp offre cette possibilité d’engagement en terminale. Je suis heureuse de pouvoir y œuvrer au quotidien en coordonnant tous ces magnifiques et divers projets au contact d’animateurs très investis que je remercie chaleureusement. « Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Actes 20,35)


Propos recueillis le 9 avril 2021 par Julie Axisa 
 

Vous souhaitez proposer un projet d’atelier à l’équipe pastorale ?  
N’hésitez pas à contacter Gaëtane de Villemeur : g.devillemeur@nd-grandchamp.fr