• La Conversation,

Cyril Bosio et Jean-Philippe Morand : La seconde innovation

Publié le 16 novembre 2020 Mis à jour le 19 novembre 2020
Jean-Philippe Morand et Cyril Bosio
Jean-Philippe Morand et Cyril Bosio - Jean-Philippe Morand et Cyril Bosio
Date(s)

le 16 novembre 2020

J'ai eu le plaisir de partager une Conversation avec Cyril Bosio, professeur d’EPS et Professeur principal ; et Jean-Philippe Morand, professeur de SVT/Responsable du niveau seconde en lycée général, à Notre-Dame du Grandchamp. Ils nous parlent du nouveau projet pédagogique lancé au lycée général en cette rentrée 2020 : la Seconde innovation.

Pouvez-vous nous présenter la Seconde innovation ?

JP. Morand : Avec Cyril, professeur principal de la classe, nous avons souhaité faire évoluer le projet de classe de la seconde API (A Projets Interdisciplinaires) qui existait déjà à Notre-Dame du Grandchamp. Nous sommes tous les deux intéressés par l’innovation pédagogique que nous mettons en place dans nos cours respectifs. C’est pourquoi nous avons proposé ce projet,  qui a pour but de mettre l’élève au centre de son apprentissage et le rendre acteur de ses cours.
En effet, avec l'évolution des métiers mais aussi des compétences attendues dans les études supérieures, il est important de faire évoluer les pratiques pédagogiques. Donner une part plus importante au travail en groupe (tutorat) ainsi qu’à la démarche de projets pour valoriser l’autonomie et la prise d’initiatives.
C. Bosio : Au sein de cette classe, nous souhaitons mettre en place des techniques pédagogiques novatrices que nous espérons pouvoir transmettre et partager avec nos collègues. Un principe qui nous anime chaque jour, c'est d'accepter l’erreur comme un tremplin pour les apprentissages, pour ne plus l'appréhender comme comme une sanction ou comme un échec.

Comment avez-vous constitué l'équipe pédagogique et la classe ?

JP. Morand : L'équipe de professeurs sont tous volontaires sur ce projet. Ils sont motivés et acceptent de faire bouger les lignes dans leur quotidien. C’est important de le souligner, tous les professeurs qui y enseignent ont une forte appétence pour l’innovation pédagogique.
L’équipe se réunit toutes les trois semaines pour débriefer et fixer les grandes lignes directrices pour la période suivante. jusque-là, nous avons travaillé sur la prise de notes et sur l’évaluation des compétences. Nous définissons des compétences communes et transversales à toutes les disciplines.
Les élèves ayant intégré cette classe se sont tous montrés intéressés et motivés par ce projet. Nous avons retenu des élèves identifiés comme autonomes, impliqués, altruistes afin de créer un groupe classe très actif.

Comment se déroulent les cours ?

C. Bosio et JP. Morand : On teste énormément ! Notre direction nous appuie dans ce sens. La confiance est de mise ce qui nous permet d’innover, parfois en nous trompant... et les élèves adorent ! Ils savent que nous allons leur proposer de nouvelles démarches pédagogiques pour leur transmettre les savoirs et que parfois... cela pourrait ne pas fonctionner.
JP. Morand : Les travaux de groupe sont favorisés ainsi que les prestations orales (ceci les prépare au grand oral du bac). Les membres de l‘équipe s’organisent beaucoup en "classe inversée" voire même en "classe renversée" (les élèves font le cours, les professeurs les aiguillent). La notation reste classique (chiffrée) mais toujours en lien avec des compétences transversales à acquérir : Communiquer, raisonner, s’informer, réaliser, coopérer.
C. Bosio : Au niveau des outils, l’ardoise et le QR code sont de mise pour vérifier les connaissances et les murs de la salle servent de support pour rappeler des incontournables selon les matières.

Un exemple d'innovation à partager ?

JP. Morand : Chaque année, lors des élections de délégués, ce qui nous marque dans le discours des élèves c’est qu’ils sont là pour défendre leurs camarades au conseil de classe. Les élèves voient vraiment le conseil de classe comme un tribunal !
Pour la Seconde innovation, nous avons instauré le conseil de classe inversé : chaque élève prépare en amont son conseil, au regard des notes et des appréciations dont il a pris connaissance. Puis il vient se présenter et argumenter lui-même au conseil de classe.
C. Bosio : Concrètement, après avoir rempli un bulletin vierge, il prend connaissance du bulletin officiel, croise les informations au regard des difficultés et des réussites, puis prépare sa prise de parole. Chaque appréciation étant écrite selon trois incontournables : le niveau, l’investissement et un ou plusieurs axes de progression.
Dès lors, l’élève peut présenter avec cohérence et lucidité l’analyse de son travail. A l’issue de sa prestation orale, les enseignants prennent la parole, pouvant éclaircir ou évoquer certains points restés flous.
La place de l’élève au conseil de classe est ainsi centrale : le conseil est dynamique, efficace et l’élève se sent responsable.
Propos recueillis par Karim Hadadi le 03/11/20