Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Le musée d'Orsay ouvre ses portes aux secondes

25 novembre 2014

Découvrez le récit des élèves de seconde : "En quête de savoirs sur les mouvements du XIXéme siècle"

Mardi 25 novembre 2014, notre classe de seconde 9 du lycée Notre Dame du Grandchamp est allée au musée d’Orsay. Accompagnés des secondes 4 et 8, nous avons pu découvrir le monde du Réalisme et de l’Impressionnisme étudié dans le cadre de notre programme de français. En avant pour une visite des plus captivantes…

Le musée d'Orsay ouvre ses portes aux secondes

Seconde - Musée d'Orsay

Voilà une sortie que nous ne sommes pas prêts d’oublier ! L’exposition permanente du musée d’Orsay a été une grande découverte pour la plupart des élèves. Nous avons été impressionnés par ce magnifique édifice de poutres de fer qui a été construit pour l’exposition universelle de 1900. Ce bâtiment, à l’origine une gare, dont témoigne d’ailleurs la grande horloge dans le hall d’entrée, a été aménagée par la suite en 1986, en musée.

Une excellente conférencière, très dynamique, nous a guidés à travers les œuvres et les anecdotes du XIXème. Nous débutons notre parcours par une nymphe d’Ingres, suivie par la rencontre au détour d’une salle de la fameuse « croûte » d’A. Cabanel, qui au premier coup d’œil paraît pourtant très bien exécutée : à l’époque, l’empereur en a d’ailleurs fait l’acquisition. Cependant, aujourd’hui, le spectateur perçoit nettement que Vénus, allongée sur les flots est dans la réalité un modèle allongé sur un sofa. Les artistes académiques, très appréciés au XIXème, ont été supplantés par les Réalistes vivement critiqués alors et exclus des salons.

C’est en nous approchant de l’Olympia de Manet que nous avons pleinement pris conscience de cette évolution artistique. Le tableau représente une prostituée semblant fixer le spectateur, pour le coup mis au rang de client. Le thème choque la bourgeoisie de l’époque tout comme la ligne noire qui délimite les contours de la jambe du modèle, alors que depuis Léonard de Vinci, la technique consistait à l’effacer.

Le bonus de la visite : observer de près, des tableaux que nous avions étudiés en cours. L’enterrement à Ornans de G. Courbet et Les raboteurs de parquet, de G. Caillebotte nous ont paru plus impressionnants en réalité, de par leur grandeur ou encore les détails plus faciles à observer directement sur la toile. A cela s’ajoute l’opportunité pour nous d’avoir pu assister en direct à la restauration de L’atelier de Manet.

Nous sommes ensuite montés au deuxième étage, consacré aux impressionnistes. La Pie de C. Monet a particulièrement attiré notre attention, pour la qualité technique de la représentation de la neige. Et pour clôturer notre parcours, la conférencière nous a emmenés dans la majestueuse salle de bal du musée : grandiose ! De Degas à Courbet en passant par T. Couture ou R. Bonheur, de toiles en sculptures, nous en avons vu de toutes les couleurs !

 

La classe de seconde 9

<< Go back to list